Invitation de Thomas Jolly (12.02.2021)

Thomas Jolly dans le rôle d’Atrée, Thyeste, festival d’Avignon, 2018 (photo : J.-L. Fernandez).

Tumultus pectora attonitus quatit / penitusque uoluit ; rapior et quo nescio, / sed rapior. Imo mugit e fundo solum, / tonat dies serenus ac totis domus / ut fracta tectis crepuit et moti lares / uertere uultum : fiat hoc, fiat nefas / quod, di, timetis.1

C’est dans le cadre d’un cours de L2 organisé, au premier semestre 2020-2021, sur Thyeste de Sénèque, que s’est déroulée à Nantes Université, le 12 février 2021, cette rencontre avec Thomas Jolly, acteur, metteur en scène et directeur du Théâtre Le Quai, à Angers.  Thomas Jolly, qui avait mis en scène cette pièce (et incarné le personnage d’Atrée) pour l’ouverture du festival d’Avignon, en 2018, intervient sur ses choix de mise en scène, sur ses méthodes de travail et sur ses conceptions du théâtre. Après des mois de « confinement » physique et intellectuel, ces quatre-vingt-dix minutes d’échanges chaleureux et spontanés rappellent l’urgence politique de la culture et du spectacle vivant.

Thyeste de Sénèque

La vraie violence de la tragédie, c’est qu’on reste dans les ténèbres, tous.2

Parmi les neuf tragédies qui nous sont parvenues de Sénèque, philosophe stoïcien aux prises avec les vicissitudes de la vie courtisane du Ier siècle après J.-C., Thyeste s’empare du mythe des Atrides (les descendants de Tantale) pour nous plonger « au cœur des ténèbres » et de la « folie tragique », le furor qui exclut le héros du rang de l’humanité. Trahisons, infanticides et cannibalisme rythment la tragédie, où la démesure verbale et dramaturgique le dispute à l’horreur des crimes.

“Atrée faisant manger à Thyeste ses enfants”, enluminure du ms. fr. 190/1 (Boccace, Des cas des nobles hommes et femmes), vers 1410, Genève, Bibliothèque de Genève.

Fils de Pélops et petits-fils de Tantale, Thyeste et Atrée ne cessent de se disputer le pouvoir sur Mycènes et l’Argolide. Alors que Thyeste a séduit l’épouse de son frère et lui a dérobé le bélier à la toison d’or, symbole du pouvoir, Atrée le contraint à l’exil, avant de feindre la réconciliation et de l’inviter, avec ses fils, à revenir dans sa patrie pour partager le pouvoir. Animé par un désir de vengeance furieuse, Atrée imagine alors un crime ineffable (le scelus nefas) : il sacrifie les fils de Thyeste et les lui offre à manger au cours d’un banquet sacrilège.

Les enjeux de la rencontre

Cette rencontre a permis aux étudiant.e.s d’interroger Thomas Jolly sur ses méthodes de travail, ses choix de mise en scène et ses conceptions du théâtre. Voici quelques-unes des questions qui ont pu être abordées :

Choix de la pièce et méthodes de travail

  • Pourquoi avoir retenu une tragédie romaine et non une tragédie grecque ? Cette étude du théâtre de Sénèque a-t-elle permis à Thomas Jolly de renouer avec les sources de Shakespeare, qu’il avait auparavant mis en scène ?
  • Quelles influences culturelles (littéraires, musicales ou théâtrales) et quelles formes artistiques inspirent sa création théâtrale ?
  • Comment s’est organisée la collaboration avec Florence Dupont, traductrice de Sénèque et spécialiste du théâtre latin ?
  • Cette question de la traduction constitue-t-elle une forme de défi pour un metteur en scène ? Aborde-t-on un texte traduit comme un texte en langue française, ou la traduction impose-t-elle certaines contraintes à la langue théâtrale ? De façon plus personnelle, l’exercice de la traduction intéresse-t-il Thomas Jolly dans son travail d’acteur et de metteur en scène ?
  • Comment Thomas Jolly réussit-il à concilier cette double posture d’acteur et de metteur en scène ?

Choix de mise en scène

  • À quel moment commence-t-on à réfléchir aux choix de mise en scène ? La découverte, intime et solitaire, du texte de la pièce éveille-t-elle déjà des idées de mise en scène ?
  • Comment se pense l’articulation entre la musique, le chant (du chœur), le jeu des acteurs, le décor et la mise en scène ? Autrement dit, comment la dimension spectaculaire se construit-elle ? Quels sont les outils que Thomas Jolly se plaît à privilégier et comment justifie-t-il le recours au spectaculaire ? Quels sont les effets qu’il recherche sur le public ? Dans quelle mesure ce travail sur le “spectaculaire” rejoint-il son ambition de “rethéâtraliser” le théâtre ?
  • Comment représenter “l’irreprésentable” ? D’ailleurs, s’agit-il plutôt de montrer ou de suggérer ?
  • Le décor et la mise en scène se prêtent-ils à une lecture symbolique (en particulier les couleurs des costumes) ?
  • De façon très concrète, comment un tel spectacle, initialement conçu pour la Cour d’honneur du Palais des papes du festival d’Avignon, peut-il s’adapter aux différentes salles qui l’accueillent ?

Conceptions du théâtre

  • Dans quelle mesure cette étude du théâtre latin a-t-elle permis à Thomas Jolly d’approfondir et de renouveler ses conceptions et ses pratiques théâtrales ?
  • Pourquoi cette obsession du monstre et du monstrueux ? Le théâtre peut-il (doit-il) montrer une telle monstruosité ? Comment cette problématique s’articule-t-elle, précisément, à la dimension ludique et spectaculaire du théâtre ?
  • Le théâtre doit-il “déranger” le spectateur (dans ses opinions, ses certitudes…) ? Quelle liberté, quelle échappatoire et quelle “marge de manœuvre” pour le spectateur face à de tels crimes ?
  • La place du spectateur et le silence auquel ce dernier est acculé face à l’horreur font-ils écho à la place et à l’action des citoyens dans la société contemporaine ? “Notre” monstruosité consiste-t-elle à rester indifférents devant la violence et l’inacceptable ?
  • Quelles sont les missions que Thomas Jolly reconnaît au théâtre dans la société contemporaine : fonctions politiques, pédagogiques ?…
  • Quelle(s) “leçon(s)” peut-on tirer de cette pièce ? Atrée est-il victorieux à la fin de la pièce ? La mise en scène de Thomas Jolly semble, au contraire, insister sur le cycle infini de la vengeance et sur le poids de la fatalité…

Pour aller plus loin : ressources sonores et bibliographiques

> Pour en savoir plus sur Thomas Jolly et sur ses conceptions du spectacle tragique : Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres, Éditions Universitaires d’Avignon, 2019.

> Pour en savoir plus sur Thomas Jolly, vous pouvez consulter le site de la Piccola Familia.

> Dossier pédagogique sur le spectacle Thyeste mis en scène par Thomas Jolly.

> Émissions radiophoniques :

  • Interview de Thomas Jolly par Olivia Gesbert, La Grande Table (Culture), France Culture, le 9.07.2018.

  • Conversation entre Thomas Jolly et Patrick Boucheron, “Ecrire la guerre”, “Episode 5 : Des machines de guerre”, Matière à penser, France Culture, le 2.11.2018.
Décor de Thyeste, mis en scène par Thomas Jolly, au CDN Le Quai (Angers), novembre 2019 (photo : D. Boijoux)
  1. Sénèque, Thyeste, v. 260-266 : “Un trouble me foudroie, m’égare, / Secoue, roule mon cœur, m’entraîne, où, je ne sais, / Mais m’entraîne. Ah ! le sol dans son tréfonds mugit, / Par temps clair le ciel tonne et tout le palais craque, / Ses toits semblent crouler, les lares sous le choc / Ont détourné la face ! Oui, qu’ait lieu l’impiété, Dieux, que vous redoutez !” (trad. Olivier Sers) []
  2. Thomas Jolly, Maquiller les ténèbres, Éditions Universitaires d’Avignon, 2019. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search