De Nantes à Rome (2), portrait d’Anne Morvan (doctorante en 2e année de thèse)

Épisode 2 : une thèse entre Nantes et Rome

Comment s’est dessinée votre cotutelle entre Nantes Université et la Sapienza ?

Le Colisée, Rome (photo : A. Morvan)

J’avais été enchantée de l’expérience Erasmus en master : la découverte d’un pays, l’apprentissage d’une langue étrangère, mais aussi le nouveau regard sur ma discipline, au niveau scientifique et méthodologique. J’avais donc envie de préserver la dimension internationale du master dans mon projet de doctorat. Or, mon sujet s’y prêtait tout naturellement puisque j’étudie du néolatin et des textes italiens en plus des œuvres grecques. Avec cet intérêt pour le XVIe s., j’ai repris contact au moment de l’élaboration de mon sujet avec le professeur de Turin dont j’avais suivi le cours de Philologie Humaniste lors de mon séjour Erasmus, et qui m’a gentiment proposé de mettre en place la cotutelle. Or, en vertu de curiosités administratives dont l’université a le secret, il se trouve qu’il est rattaché au collège doctoral de la Sapienza à Rome.

Après l’inscription en thèse à Nantes, nous avons donc assez vite (au mois d’octobre) lancé les procédures administratives. Le contrat de cotutelle doit en effet être approuvé par les deux universités qui doivent donc s’accorder sur un certain nombre de points : les frais d’inscription (payés dans une seule université), l’équilibre dans le temps passé dans chaque université durant la thèse (ex : deux ans en France, un an en Italie), le lieu de la soutenance, la dimension bilingue des résultats de travail (ex : thèse rédigée en français, mais accompagnée d’un résumé substantiel en italien)… Dans mon cas tout s’est bien passé, notamment parce que mon directeur italien a pris en charge la partie administrative de la Sapienza et qu’aucun secrétariat n’a fait opposition sur des points importants. Au mois de février j’avais toutes les signatures nécessaires et en mars j’effectuais mon inscription administrative à la Sapienza. Toutefois, j’ai eu des échos de démarches plus compliquées qui peuvent s’éterniser voire compromettre la mise en place de la cotutelle… Dans ces démarches de tortue, mieux vaut partir à point.

Comment s’organise votre formation doctorale à la Sapienza ?

À la Sapienza, le doctorat s’intitule Filologia e Storia del mondo antico (Philologie et Histoire du monde antique) et rassemble des doctorants étudiant l’histoire ou les textes des mondes antiques (latin, grec, mais aussi oriental), ce qui change du rapprochement avec les Lettres Modernes que nous connaissons dans les universités françaises.

Università La Sapienza, Rome (photo : A. Morvan)

Du point de vue de la formation doctorale, je bénéficie de la conception italienne selon laquelle les doctorants sont moins des jeunes chercheurs que de grands étudiants, ce qui a au moins comme avantage de recevoir des cours disciplinaires assurés par les professeurs du département. Plutôt que de suivre des formations transversales sur l’éthique de la recherche ou sur les recherches documentaires, j’assiste à des cours spécialisés : séminaire de philologie latine autour d’un projet d’édition numérique du grammairien Priscien, séminaire sur l’histoire économique de la Rome archaïque… De nombreux cours sont notamment orientés vers la philologie numérique, ce qui me permet d’aborder un domaine pour l’instant absent de la formation à Nantes. Comme pour l’Erasmus, je trouve les deux approches – française et italienne – complémentaires.

Cette organisation des cours implique de côtoyer des profils de doctorants très différents : je n’ai pas l’air d’un extraterrestre parce que je m’intéresse à l’Antiquité, mais plutôt parce que je fais de la littérature ! Mais cette multiplication des rencontres permet à chaque doctorant d’élargir les horizons de recherche et de comparer les expériences et méthodes.

Università La Sapienza, Rome (photo : A. Morvan)

Vous avez également bénéficié d’une bourse à l’École française de Rome. Pourriez-vous nous expliquer le principe de cette bourse et le statut de cette École ? Selon quelles conditions un jeune chercheur peut-il y accéder ?

La Piazza Navona depuis les appartements de l’École française de Rome (photo : A. Morvan)

L’École française de Rome est un institut de recherche accueillant des chercheurs francophones. Les Écoles françaises investissent principalement le domaine archéologique, mais l’École française de Rome (EFR) met en avant une approche pluridisciplinaire en proposant des bourses d’études aux jeunes chercheurs en sciences humaines (historiens, juristes, philologues…). Le statut de boursier offre le droit à un séjour d’un mois (parfois deux) avec un logement Piazza Navona (on a connu pire) et une place réservée à la Bibliothèque de l’École française, Piazza Farnese (on a connu bien pire).

L’EFR favorise évidemment les projets de travail qui tirent un profit particulier d’un séjour à Rome : étude d’un site archéologique, consultation des ressources de l’EFR, travail en archives… Dans mon cas, j’ai argumenté sur la présence, dans diverses bibliothèques de la ville, d’éditions du XVIe s. que je ne peux consulter matériellement à Nantes. Pour le reste, la candidature reste très classique, avec CV, présentation du projet de recherche, lettre de motivation et lettre de recommandation des directeurs de thèse. Ensuite, tout dépend du nombre de places disponibles et du nombre de candidatures qu’ils reçoivent. Comme souvent, la candidature ressemble à une bouteille jetée en mer, qu’on a parfois le plaisir de voir revenir avec une belle nouvelle.

Palais Farnese, Bibliothèque de l’École française de Rome (photo : A. Morvan)

J’avais fait le dossier de candidature avant d’avoir l’assurance de la cotutelle, mais j’ai pu constater qu’habiter au centre de Rome change la vie ! Le cadre de vie et de travail proposé permet de rencontrer les autres boursiers, et donc d’échanger avec des doctorants d’autres universités et d’autres disciplines (et qui ne rêve pas de visiter Rome avec des archéologues ?). Surtout, les conditions de travail sont exceptionnelles : la bibliothèque reste ouverte jusqu’à 21 heures en semaine et ouvre même ses portes le samedi (elle bat, et de loin, tous les records des bibliothèques romaines), les livres et revues sont en consultation libre (fait rare à Rome), les fonds feraient pâlir d’envie la bibliothèque de Nantes. Et surtout les bibliothécaires sont disponibles pour nous accompagner dans nos démarches de recherche, notamment en facilitant nos demandes d’accès aux différentes bibliothèques de la ville. Très clairement, j’ai eu l’impression de plus avancer dans mon travail en un mois sur place que pendant les deux mois et demi ouvrant mon année romaine.

 

Vue sur la Piazza Farnese depuis le Palais Farnese, qui abrite la Bibliothèque de l’École française de Rome et l’Ambassade de France à Rome (photo : A. Morvan)

Quelles opportunités offrent plus largement ce séjour à Rome ?

C’est la première fois que j’étudie dans une ville de l’envergure de Rome, ce qui ouvre l’accès à des lieux de travail exceptionnels. Je fais le grand tour des bibliothèques historiques (École française de Rome, Bibliothèque Vaticane, Bibliothèque Nationale…) pour consulter les éditions du XVIe siècle. Certes une grande quantité de matériel est disponible en ligne, mais rien ne remplace la consultation directe qui permet de naviguer plus facilement dans les ouvrages, de se former une image mentale plus individualisée de chaque édition, et surtout de se poser des questions codicologiques (format des livres, qualité matérielle de l’impression) utiles pour déterminer les objectifs éditoriaux et donc l’ambition des traductions. Même sur les ressources contemporaines, j’ai accès, surtout avec l’École française, à des bibliothèques bien fournies qui permettent d’accéder rapidement aux ressources nécessaires alors que le fonds des bibliothèques de Nantes, limité sur les points plus précis que je dois aborder, nécessite de recourir régulièrement au Prêt Entre Bibliothèques, ce qui implique des contraintes (attente du livre et temps limité pour le consulter).

Le Vatican, depuis l’entrée de la Biblioteca Apostolica Vaticana et de l’Archivio Segreto (photo : A. Morvan)

J’ai également profité de cette année à Rome pour candidater à l’École Vaticane de Paléographie, Diplomatique et Archivistique pour y suivre le cours de Paléographie Grecque. Trois heures par semaine, je me rends donc dans une salle du Vatican pour apprendre à déchiffrer les manuscrits, étudier l’évolution des écritures afin de les dater, rédiger un commentaire paléographique… Cette formation ne concerne pas directement mon travail de thèse (même si cela aide de comprendre le tracé de certaines formes présentes dans les premiers imprimés grecs au XVIe s !), mais c’est l’opportunité de me confronter à un domaine que je n’aurais jamais approfondi dans un autre cadre. J’en profite au passage pour combler mes lacunes en histoire byzantine, ce qui est toujours important, surtout lorsqu’on étudie la transmission des textes de l’Antiquité à l’époque moderne.

Pour finir, rien ne sert de mentir : le climat romain et la richesse culturelle de la Ville Éternelle ne rendent pas la vie extra-universitaire désagréable. Ça ferait presque regretter de ne pas faire une thèse d’archéologie sur Rome ! La position centrale de Rome rend relativement faciles les déplacements dans les autres villes où je peux aller chercher les ressources qui manquent dans la capitale.

Rome, Forum républicain (photo : D. Boijoux)

On imagine parfois le doctorat comme une expérience aride et solitaire… Quelles sont vos impressions au terme de cette deuxième année de thèse ? 

Il est vrai que les occasions de rencontre ne sont pas forcément très nombreuses, d’autant plus maintenant que les formations et réunions se font majoritairement en distanciel. Toutefois, il faut se rappeler qu’on n’est jamais le seul doctorant dans un département / laboratoire / école doctorale : il peut être bon de prendre contact avec les autres pour échanger autour de l’expérience de thèse et, tout simplement, se motiver à travailler chaque jour. À Nantes, les doctorants ont le luxe (qui ne devrait pas en être un) de disposer d’une salle de travail qui facilite les rencontres. Mais même à Rome, j’ai pu trouver des collègues avec qui partager des journées de travail en bibliothèque.

Comment s’organise le travail du doctorant ?

L’essentiel consiste évidemment à travailler le projet de thèse, comme le mémoire, avec des lectures d’ouvrages et d’articles, de l’analyse de texte… Ce travail s’accompagne en revanche d’une place plus importante accordée, surtout après la première année, à la valorisation des résultats : écriture d’articles scientifiques, communications dans des journées d’études et des colloques. Autant d’échéances pour mettre en forme le travail, stimuler les recherches sur des points précis, aborder le sujet avec des angles de vue différents.

En parallèle, le doctorant conserve le statut étudiant et, en tant que tel, est tenu de suivre un certain nombre d’heures de formation : en France, il faut compter cent heures parmi lesquelles certaines sont obligatoires (serait-il envisageable de soutenir sans avoir entendu parler d’éthique de la recherche ? visiblement non) tandis que d’autres peuvent être validées par équivalences (les articles et communications entrent en compte dans la formation doctorale).

Tout cela, on le voit, implique une part assez importante d’administratif pour préparer les diverses candidatures, à quoi s’ajoutent les diverses procédures d’inscription, de compte-rendu du travail – sans parler de la préparation des cours. Le doctorant a donc tout un éventail de raisons pour justifier son occupation de bibliothèques, mais sinon il est laissé libre de son organisation personnelle.

Palais Farnese, Bibliothèque de l’École française de Rome (photo : A. Morvan)

Vous êtes agrégée de Lettres classiques. Comment réussissez-vous à maintenir un lien avec l’enseignement ?

Cette année justement je n’ai plus vraiment de lien, et ça me manque ! – et aider des étrangers à apprendre le français ne suffit pas. L’an dernier j’avais en charge quelques cours de licence et j’ai pris beaucoup de plaisir à les préparer.

Quels sont vos projets pour la suite de votre thèse ?

Je compte déjà profiter de la fin de mon séjour à Rome pour la consultation du matériel du XVIe s. L’an prochain j’aurai le plaisir de revenir à Nantes. J’espère notamment pouvoir redonner des cours. L’objectif sera évidemment d’avancer au maximum dans la rédaction de la thèse. À la fin des trois ans de financement en effet, c’est la grande inconnue mais, que je retourne dans l’Éducation Nationale ou que j’obtienne un poste d’ATER, j’aurai moins de temps à consacrer à la recherche donc il faudra que j’avance le plus possible l’an prochain quoi qu’il en soit. J’essaierai également de participer à des colloques ou journées d’études pour présenter les résultats de mon travail (car si un chercheur cherche beaucoup, il arrive parfois qu’il trouve).

Quels sont vos projets à l’issue du doctorat ? 

Telle est la question… Bien sûr, je ferai ce que je peux pour rester dans le milieu universitaire car j’ai envie de continuer la recherche. Je demanderai donc la qualification au CNU afin de pouvoir candidater ensuite aux postes de Maître de Conférence. En attendant le Saint Graal, je ferai comme la plupart des jeunes docteurs en alimentant le marché ultra-compétitif à force de candidatures sur des postes d’ATER (pour assurer des heures de cours dans une université française) et de post-docs (post-doctorats : mission de recherche, souvent adossées à des projets de plus grande ampleur) en France ou à l’étranger. Sinon, j’ose espérer que l’Éducation Nationale ne m’aura pas radiée entre-temps et que je pourrai aller à enseigner dans un collège de la banlieue parisienne.

Beaucoup d’incertitude en somme. En attendant, j’essaie de profiter de ces trois ans, qui resteront très formateurs, et des opportunités qu’offre le doctorat.

Rome, quais du Tibre, près du Lungotevere de’ Cenci (photo : A. Morvan)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search