De Nantes à Rome (1), portrait d’Anne Morvan (doctorante en 2e année de thèse)

 

Épisode 1 : l’orientation en Doctorat

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je poursuis actuellement une thèse à Nantes Université, dans la suite d’un parcours nantais. Après deux ans de prépa au lycée Clemenceau, je suis arrivée en L3 de Lettres Classiques à l’Université de Nantes où j’ai poursuivi en master (avec une parenthèse italienne pour l’Erasmus). Toujours à Nantes, j’ai préparé l’agrégation, et j’y suis même restée pour mon année de stage durant laquelle j’enseignais dans un petit collège de campagne.

Quel est l’objet de vos recherches et le sujet de votre thèse ?

Je m’intéresse à la tragédie et à sa réception dans les littératures modernes. Plus précisément, ma thèse s’intitule « Écouter Cassandre ? Étude d’une figure scénique paradoxale dans les tragédies grecques (Vs. av. J.-C.) et leurs traductions et réécritures à la Renaissance (XVIs.) ». La question est simple : est-ce un hasard que Cassandre, la prophétesse de malheurs, apparaisse en tant que véritable personnage en tragédie ? J’essaie d’analyser un personnage mythologique au sein d’un genre littéraire précis qui en conditionne le développement.

Je prolonge cette réflexion générique avec une étude de la réception de Cassandre au XVIs., époque à laquelle la tragédie renaît sur les scènes modernes. Il s’agit donc de regarder les processus de fabrique et de réécriture du personnage entre l’Antiquité (les tragédies athéniennes du Ve s. avant n. è.) et la première modernité (XVIs.). Pour souligner la pluralité de la réception des textes antiques, j’étudie à la fois des traductions (latines et vernaculaires) et des adaptations plus libres (françaises et italiennes). Je m’interroge ainsi sur les différents contextes culturels de l’époque ainsi que sur les choix linguistiques des auteurs, le tout en gardant ce même questionnement : comment le genre tragique oriente-t-il la caractérisation du personnage ?

Comment avez-vous développé votre sujet de thèse ?

Le choix du sujet est le fruit de tout un itinéraire mûri depuis le master et un mémoire sur la figure du devin dans la tragédie grecque et des pièces françaises des XVII-XVIIIs. Je suis partie des conclusions de ce travail, sur les incarnations différenciées de la figure du devin selon les personnages mythologiques (Tirésias, Calchas, Cassandre…) pour décider de me concentrer sur un personnage. Celui de Cassandre me paraissait le plus riche et le plus problématique, autrement dit, le plus intéressant à traiter dans un travail de doctorat.

Comme pour le mémoire, j’avais envie de conserver une approche comparatiste entre littératures ancienne et moderne, mais je voulais trouver une unité plus grande à mon corpus d’étude. J’ai donc choisi de me concentrer sur un siècle, mais en ouvrant à plusieurs langues. En effet, si l’étude de la littérature française paraissait une évidence, je voulais intégrer du latin, sans pour autant retomber dans une comparaison entre Sénèque et les Tragiques Grecs, sujet déjà abondamment traité par la critique. En revanche, je me souvenais d’un cours de Philologie Humaniste suivi à Turin dans lequel il était question de la redécouverte de la langue et des textes grecs. J’avais beaucoup aimé voir les tâtonnements de ces érudits qui ont dû reconstruire tout un savoir et des outils pour l’aborder. Je me souvenais en particulier d’heures à travailler en bibliothèque sur les traductions latines d’Homère en milieu scolaire, avec pas moins de trois dictionnaires répartis sur la table… D’où mon idée d’aller chercher du ‘néolatin’. J’ai été rapidement confortée dans mon choix en voyant que les traductions latines ont été l’un des jalons importants, et pourtant moins étudié, de la réception des textes grecs au XVIe.

In fine, l’apport des textes italiens, à une époque où ce territoire a joué un rôle décisif dans la redécouverte des textes grecs m’a permis d’intégrer logiquement dans mon étude des textes écrits dans une langue que j’avais découverte et appris à aimer durant mon séjour Erasmus.

Evidemment, le processus que je viens de décrire prend un peu de temps. Pour résumer, j’ai pris un an pour prendre de la distance par rapport à mon mémoire, et une autre année pour construire mon sujet en orientant mes recherches selon mes expériences précédentes. Pour cela, les cours suivis et donc les rencontres avec les professeurs ont été déterminants : j’ai construit le sujet en échangeant avec ma directrice de mémoire, devenue ma directrice de thèse, et un professeur italien devenu mon co-directeur.

Vous êtes « doctorante contractuelle » : que signifie ce statut ?

Le doctorant contractuel bénéficie d’un contrat qui lui assure un financement pendant trois ans ainsi que des garanties sociales à la manière d’un contrat de travail.

Une charge d’enseignement peut lui être proposée en tant qu’activité complémentaire, dans la limite de soixante-quatre heures par an. Dans cette catégorie, on peut également distinguer deux statuts. D’une part, les doctorants stagiaires qui valident leur agrégation au cours de l’année de thèse (cette possibilité n’est pas offerte à ceux qui ont obtenu le CAPES) : l’enseignement est alors obligatoire (cent-vingt-huit heures en trois ans minimum). Pour les doctorants qui ont déjà été titularisés au terme d’une année de stage en établissement avec une formation à l’Inspé en parallèle, il est obligatoire de demander une demande de « mise en disponibilité de convenance pour études ou recherches » à l’Éducation Nationale. Pour eux, l’enseignement à l’université est facultatif. Dans les deux cas, les cours ne peuvent excéder les soixante-quatre heures par an.

Il n’est pas nécessaire d’avoir un contrat doctoral pour faire une thèse : les écoles doctorales peuvent autoriser une inscription même sans financement, tant que le sujet est validé par un directeur. Le doctorant peut alors assurer un nombre plus élevé d’heures de cours en tant que vacataire.

Pouvez-vous nous expliquer les conditions permettant d’y accéder ?

Le contrat doctoral correspond à une forme de CDD : les travaux de recherche sont financés pour une durée de trois ans.

Il existe plusieurs sources de financement pour les doctorats. En lettres, nous pouvons difficilement compter sur les financements par des entreprises (comme avec un contrat CIFRE) mais les écoles doctorales relaient des financements par l’État. Les régions peuvent également proposer des bourses : dans le cas des Pays de la Loire, certaines années la région propose des contrats avec comme clause la réalisation d’un projet de valorisation des résultats de recherche en lien avec la région.

Pour candidater, il faut être titulaire d’un master de recherche. La candidature consiste à présenter un projet de recherche. Celui-ci doit démontrer un sérieux méthodologique et promouvoir un apport scientifique, tout en répondant à des critères plus prosaïques : intégration dans un laboratoire de recherche, faisabilité en trois ans… Il ne s’agit pas de réécrire l’histoire de la littérature mondiale !

Le candidat doit également défendre son profil. Les critères de sélection ne sont jamais explicités, mais il va de soi que tout élément permettant de distinguer le dossier est le bienvenu (bons résultats en master, concours d’enseignement, expérience internationale).

Le détail des procédures change selon les écoles doctorales et les sources de financement, d’où l’importance de bien se renseigner au préalable. Pour l’école doctorale Arts Lettres Langues des régions Bretagne et Pays de la Loire, c’est le directeur de thèse qui propose en ligne un sujet qui est ensuite ouvert aux candidatures (le sujet est donc susceptible de séduire des candidats mystères). La sélection des candidats s’effectue en deux étapes : tout d’abord la présentation d’un dossier, constitué des résultats du parcours universitaire et en particulier du mémoire de master, puis un oral bref (dix minutes de questions, dix minutes de présentation). Il faut défendre simultanément l’intérêt du sujet (pourquoi est-il extrêmement intéressant et important ?) et l’adéquation de son profil au sujet (pourquoi notre profil est idéal pour traiter le sujet en question).

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants et futurs doctorants qui souhaiteraient bénéficier d’un contrat doctoral ?

La première chose serait de se dire qu’il n’existe pas ‘un’ bon parcours du doctorant. Les profils de candidats sont plus variés que je ne croyais en master : il faut donc éviter les formes d’auto-censure et tenter sa chance.

Ensuite, je conseillerais de prendre du temps en amont pour une réflexion personnelle dans l’élaboration du sujet. Les trois ans du doctorat passent très vite, donc même si la première année permet d’affiner l’appropriation du sujet, il est important d’en vérifier la pertinence et la faisabilité au préalable et de ne pas consacrer trop de temps aux lectures préliminaires au cours du début de la thèse.

Enfin, le plus sûr avant d’entreprendre quoi que ce soit est de prendre contact avec le potentiel directeur de thèse et des doctorants de l’université visée afin d’obtenir des renseignements précis sur la procédure et avoir des retours d’expérience. Sans compter qu’un peu de soutien dans cette course d’obstacles est toujours le bienvenu !

→ Suite de l’entretien : Épisode 2 : une thèse entre Nantes et Rome

Le Colisée, Rome (photo : A. Morvan)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search